Géologie : études et métiers

elements-geologie.net > Géologie : études et métiers > Profession : géologue

Profession : géologue

Une contribution inédite des auteurs de Éléments de Géologie à destination des futurs géologues avides de comprendre l’enjeu de leur métier.

Qu’il s’agisse de séismes majeurs et tsunamis associés, de glissements de terrains ou d’éruptions volcaniques, l’actualité quotidienne nous rappelle combien l’homme ainsi que son environnement, sa société et son économie sont vulnérables. Les séismes et tsunamis majeurs qui se sont produits depuis 2010 au Chili au Japon en Haïti et tout dernièrement au Népal ont rappelé à l’humanité à quel point la nature et la dynamique de notre planète sont puissantes, que ce soit sous ses pieds, en mer ou en montagne. L’éruption volcanique qui s’est produite en Islande en 2010 par exemple, bien qu’elle soit de faible puissance, a eu un impact sociétal et économique important en bloquant la majeure partie du trafic aérien au-dessus de l’atlantique nord et de l’Europe pendant quelques semaines. Dans un autre domaine, celui des ressources minérales, il faut évoquer les débats en cours en France sur l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique. En dehors des questions relatives aux dangers écologiques potentiels d’une telle exploitation, ces débats nous rappellent que des ressources en hydrocarbures sont aujourd’hui accessibles dans des roches considérées comme stériles ou du moins inexploitables il y a encore vingt ans. Ainsi, notre quotidien nous rappelle sans cesse que la connaissance de la structure et de la dynamique de la Terre est une clé indispensable pour évaluer et anticiper les aléas, prévoir et gérer les risques, programmer et construire les aménagements et les infrastructures, exploiter les ressources naturelles conventionnelles, chercher des solutions énergétiques nouvelles basées sur des processus naturels. Derrière toutes ces rubriques, une seule profession : celle de GEOLOGUE.

La géologie présente aujourd’hui des facettes multiples. La profession embrasse un ensemble d’activités extrêmement variées. À la base de cette multitude de branches apparemment éloignées les unes des autres il existe un tronc commun : les sciences de la Terre. Grâce à leurs connaissances communes, les géologues contribuent très directement à la gestion et à la compréhension de notre planète. Alors que l’humanité tend à se développer le plus souvent sans se préoccuper de son « substratum », le géologue établit le lien indispensable entre la société et la Terre.

Le géologue est présent dans un grand nombre d’activités que l’on peut classer ainsi :

-  1. L’aménagement, le génie-civil. Dès que le sous-sol est concerné, le géologue est là. Il estime la qualité du sous-sol pour fonder une construction, pour les opérations de déblais-remblais dans le cadre du traçage de voies de communications (rails, route, eau…). Il fore, il carotte, il fait des mesures des propriétés physiques (scissomètres, diagraphies..). Il établit des profils de stabilité de talus, de pourcentages de tassement, etc.

- 2. Les ressources énergétiques. Le géologue est bien évidemment la cheville ouvrière basale dans la recherche du pétrole et de l’uranium. Mais là encore, c’est la diversité des métiers au sein d’une compagnie qui doit être soulignée : sédimentologistes, structuralistes, micropaléontologues, spécialistes de la matière carbonée, géophysiciens, modélisateurs numériques, diagraphistes, géochimistes interfèrent étroitement pour rechercher les roches mères et les réservoirs.

-  3. Les ressources minérales naturelles. Le géologue est un chercheur de gisement. Pour cela, il doit être à la fois cartographe, structuraliste, pétrographe, minéralogiste et géochimiste. Son expertise, tant pour les minerais que pour les pierres précieuses, est recherchée par les compagnies, les banques et les États.

- 4. Gestion des risques. Risques volcaniques, sismiques, glissements de terrains, inondations et tsunamis : le géologue évalue l’aléa et, en concertation avec des mécaniciens, des architectes et des urbanistes, identifie et cartographie les zones à risques.

- 5. La recherche fondamentale et l’enseignement. La recherche en France se déroule au sein des universités, des grands organismes de recherche (CNRS, CEA, IRD, IFREMER, BRGM, IFP) mais aussi dans l’industrie (compagnies pétrolières et minières) où les géologues participent à une meilleure compréhension du système Terre. S’il est vrai que l’on connaît de mieux en mieux l’évolution de la lithosphère en raison de son accessibilité, de très nombreux processus géodynamiques fondamentaux demandent à être mieux compris et imagés : la convection du manteau, l’origine du champ magnétique terrestre, l’hydrothermalisme, les changements climatiques à différentes échelles de temps, l’origine de la vie, etc. En parallèle de la recherche, les connaissances doivent être transmises et la géologie est enseignée à tous les niveaux depuis le collège jusqu’à l’université, en passant par le lycée, les classes préparatoires et dans certaines grandes écoles.

- 6. Les activités aux frontières de la discipline. Le géologue est aussi un partenaire pour de nombreuses disciplines frontières auxquelles il amène la dimension temporelle de son expertise en fournissant notamment des analogues naturels anciens pour des situations que pourrait connaître à l’avenir la planète Terre. On peut citer la climatologie, l’écologie, la pédologie, la nivologie, la biogéochimie (biominéralisation, origine de la vie) et enfin l’astronomie (planétologie et étude des météorites). Enfin, l’expertise du géologue est aussi partie prenante de domaines auxquels on pense moins, comme l’œnologie ou l’archéologie. La qualité du vin résulte de la combinaison de quatre facteurs : le terroir – la géologie définit souvent l’extension de l’appellation –, le cépage, le climat et le savoir-faire du vigneron. En archéologie, l’expertise du géologue, en permettant de retrouver l’origine des matériaux (marbres, pierres de construction, pigments), conduit à la reconstitution des échanges et des circuits marchands entre les populations et assure la qualité de la restauration des œuvres d’art.

Pour en savoir plus

Le lecteur intéressé par les différentes facettes du métier de géologue pourra consulter avec grand profit le numéro spécial de Géologues, la revue officielle de l’Union française des géologues (n° 164, mars 2010 : Evolution des métiers et des pratiques dans les géosciences appliquées).

 

géologie (5), métiers géosciences (4)

Imprimer : Partager :